Voyage dans la Scandinavie du XXe siècle

J’avais environ six ans quand j’ai eu mon premier puukko. Aujourd’hui encore, je me souviens de la fierté que je ressentais.

EUROPE DU NORD

Il y a 100 ans

Le puukko a toujours eu une importance primordiale dans la vie des peuples Scandinaves. C’est un couteau pratique, un objet de fierté et un rituel de passage dans le monde des adultes.

Ce petit bonhomme avec un bâton de randonnée, porte à la ceinture un couteau qui semble disproportionné.

01. Puukko & Traditions

Texte de Mikael Niemi (né le 13 août 1959) Auteur Suédois.

J’avais environ six ans quand j’ai eu mon premier puukko. Aujourd’hui encore, je me souviens de la fierté que je ressentais, de la responsabilité, de l’expérience de devenir grand. Le don était entouré de nombreuses règles et exhortations. On m’a appris à manier les couteaux, à être prudent et à faire preuve de prudence envers moi-même et envers les autres êtres vivants.

Aujourd’hui, je suis frappé par le fait que je partage probablement cette expérience avec mes ancêtres depuis l’âge de pierre. Le premier couteau a sans doute toujours été le signe que vous avez commencé à sortir de l’enfance, un premier petit pas dans l’âge adulte qui vous attend.

Actuellement, ce rite d’initiation semble disparaître de plus en plus. Nous, les adultes, n’avons plus le temps d’apprendre à nos fils et à nos filles ce qu’est un couteau. C’est peut-être pour ça que le couteau peut devenir une arme quand on a quinze ans, on n’a jamais reçu les enseignements nécessaires.

Fantastique photo de groupe

Regardez cette photo de groupe, probablement de la région de Jönköping au sud de la Suède. Les garçons sont équipés d’un couteau à fourreau (sûrement finlandais), de quatre pistolets explosifs et de cigarettes à la réglisse dans la bouche. Les filles ont toujours l’air plutôt cool.

La photo date des années 1930

Le lancer de fléchettes

Le lancer de fléchettes est en cours et le couteau à gaine est suspendu à la ceinture. Le puukko ressemble à un couteau de touriste avec un manche sculpté dans la corne, probablement une peau de renne sur l’étui en cuir.

Les années 1900

en Suède

Nous qui avons grandi à l’époque où tous les enfants avaient leur propre puukko, nous nous souvenons du bonheur, de la joie et de la fierté que nous ressentions alors.

Nous pouvions sortir dans les bois et tailler un arc, une fronde ou une canne à pêche. Malheureusement, je n’ai pas pu trouver de photo d’une fille avec son propre couteau, cependant, je suis sûr que cela devrait exister.

02. Les Samis début XXe siècle

Au nord du cercle polaire arctique.

 Les photos de Samis portant un puukko à la ceinture ne sont pas si difficiles à trouver. La raison en est, bien sûr, que le couteau a toujours été une aide nécessaire dans la vie quotidienne et l’est toujours.

Sur la photo, on peut voir un Sami préparant le foin de chaussure à porter dans les chaussures au lieu des chaussettes. Le puukko qu’il porte à la ceinture est une demi-corne et dans un modèle Sami du nord.

Photo de classe

Classe d’école avec des filles et des garçons timides essayant d’avoir l’air un peu enjoués. Sur la photo, vous pouvez voir que trois des garçons portent des puukkos à l’école !! La classe vient de Vaisaluokta au nord de la Suède.

Une femme Sami en costume traditionnel
La photo date des années 1920

Femme Sami en costume traditionnel

Une femme Sami habillée de façon festive dans un costume traditionnel avec de beaux pendentifs, dont un puukko en demi-corne. Gákti est un vêtement traditionnel porté par les Samis dans les régions du nord de la Norvège, de la Suède, de la Finlande et de la péninsule de Kola en Russie.

De magnifiques collections peuvent être vues au Musée Romsdal en Norvège. Le Musée a collecté, reçu et acquis un total d’environ 35 000 objets, la plupart provenant de Romsdal. L’âge des objets varie d’objets individuels appartenant à la fin du Moyen Âge à des objets d’aujourd’hui.

L’un des musées folkloriques les plus grands et les plus complets de Norvège, situé à seulement 10 minutes à pied du centre-ville de Molde. Un des plus grands musées des Arts et Traditions populaires fondé en 1912. C’est un musée en plein air, il y a 40 maisons qui sont meublées et équipées selon les anciennetés respectives. Entourées de leurs petites cours, elles montrent le développement de la culture paysanne du XIVe au XXe siècle.

GALERIE PHOTOS

Tranches de Vie

Également appelés « sames », « samés », « sâmes » ou « sami », cette minorité vivant dans la partie la plus septentrionale de la Scandinavie organisait ses activités traditionnelles autour de la chasse, la pêche et l’élevage de rennes. De nos jours, seule une faible partie de la population pratique encore ces activités. Un des traits fondamentaux de la culture samie est que l’Homme fait partie de la nature et doit la respecter.

Superstitions liées au puukko.

Investis de pouvoirs magiques, les forestiers du grand Nord plantait dans le mur de bois de leur chalet pour conjurer le mauvais sort et les esprits malins. On plantait aussi un puukko au-dessus du berceau des bébés pour les protéger, dans les tables avant de jouer pour éviter les querelles et dans un champ comme garant d’une récolte abondante.

Historiquement aussi, le puukko a joué un rôle de symbole, au moment de l’indépendance de la Finlande arrachée en 1918 à l’union soviétique naissante. Svinhufvud le premier ministre de l’époque, ne quittait même pas son puukko lors des séances du sénat. En 1939, le voisin soviétique reprit ses menées expansionnistes. Cette fois, ce fut comme arme que fut utilisé le puukko dans des embuscades tendues à l’ennemi au cours de la guerre de guérilla menée par le David Finlandais contre le Goliath Russe.

Un Sami de Norvège. Il tient un leuku et à sa ceinture pend l'étui typique avec un boîtier en bois.

Un Sami de Norvège

Le puukko peut être utilisé pour beaucoup de choses

Petite fille Sami

Sami norvégien avec un leuku à la main.

Sami norvégien

Famille Sami

Famille Sami

Deux garçons Sami avec un couteau

Garçons avec un puukko

Nils Nilsson Skum avec sa femme Helena.

Nils Nilsson Skum & Helena

Art & Puukko

Si vous demandez à quelqu’un s’il sait ce qu’est l’art, il est peu probable qu’il vous réponde « Non ! ».
L’art fait partie de nos vies et nous avons tous une définition intuitive de l’art.

Collection Bukowskis

03. Le garçon a un couteau, la fille une poupée. Était-ce ainsi ?

Sur la photo, une fille Sami avec un joli couteau à bijoux dans sa ceinture.

Probablement parce qu’il a été difficile de trouver des images dans lesquelles une femme porte un couteau. Dans de nombreux cas, une femme bénéficie autant d’un couteau que l’homme, mais la tradition a fait en sorte qu’il est moins courant pour les femmes de porter un couteau à leur ceinture.

J’ai beaucoup lu sur les soi-disant couteaux fäbo. Ces couteaux avec un « chapeau » au-dessus de l’étui pour ne pas laisser tomber le puukko. Le couteau était extrêmement important pour les jeunes qui vivaient pendant de nombreuses semaines avec les animaux, seuls et avec une résidence d’été primitive comme maison. C’était souvent une fille.

La fierté de porter un puukko

J’avais environ six ans quand j’ai eu mon premier puukko. Aujourd’hui encore, je me souviens de la fierté que je ressentais, de la responsabilité, de l’expérience de devenir grand.

Photo de 1918

Jeune femme de Finlande ou peut-être d’Estonie qui porte un beau puukko des forges Fiskars.

Au moment de la création des forges de Fiskars, la Finlande est sous domination suédoise et la Suède est l’un des plus importants producteurs de métal d’Europe au XVIIe siècle. En 1649, Peter Thorwöste a le privilège d’installer un haut-fourneau à Fiskars, pour y produire des outils et des pièces forgées. Le minerai de fer utilisé à Fiskars provient en très grande partie de la mine Utö de l’archipel extérieur de Stockholm. La majeure partie des barres de fer produites dans les forges sont envoyées en Suède pour être vendues sur le marché du fer dans la vieille ville de Stockholm. À Fiskars, le fer est également utilisé pour fabriquer des clous, des fils de fer, des couteaux, des binettes, des roues en acier et d’autres produits.

Aujourd’hui, le siège social de Fiskars Corporation est situé à Helsinki, en Finlande. La société est cotée à la bourse d’Helsinki (NASDAQ OMX).

Fiskars Village

Fiskars est une institution en Finlande

Fiskars est situé dans la ville de Raseborg, à environ une heure de route à l’ouest d’Helsinki. Le village de Fiskars a été élu meilleure destination touristique intérieure de Finlande en 2016 et a reçu le prix Culture EDEN in Finland de la Commission européenne et de Visit Finland en 2018. Le village n’est pas seulement une destination de voyage, il abrite également plus de 500 personnes. En plus des boutiques, des magasins, des hôtels et des restaurants, Fiskars possède une école, un jardin d’enfants et une variété d’autres services et entreprises.

Femme Sami fumant la pipe
Photo des années 1900 - Norvège

Costume d'époque

Pourrait-il s’agir d’une forme précoce de tenue vestimentaire féminine, peut-être Sami ? Elle porte un gros couteau robuste dans sa belle ceinture.

Aux XVe et XVIe siècles, les fermiers norvégiens parcouraient le nord et commencèrent à coloniser les terres sâmes – une pratique que le gouvernement norvégien encouragera plus tard. À l’époque, les Sami étaient des chasseurs de rennes. Ils sont plutôt devenus des éleveurs de rennes, ce qui les a mis dans la position d’être nomades dans le nord de la Norvège.

Cette culture a été problématisée par l’invention des frontières nationales, que les éleveurs samis avaient auparavant franchies sans problème. Les frontières et leurs conséquences ont également forcé différentes cultures sâmes à coexister d’une manière qu’elles n’auraient pas fait autrement.

GALERIE PHOTOS

Tranches de Vie

Dans plusieurs de ces images, il est clair que les hommes ou les femmes sont fiers de leurs couteaux. Ils poussent souvent le couteau vers l’avant pour qu’il soit clairement mis en valeur et bien visible sur la photo.

Le symbolisme du puukko.

Autrefois le père qui avait une fille à marier l’emmenait à l’église et marchait avec elle le long de la travée centrale en psalmodiant une chanson annonçant que le cœur de sa fille était à prendre. Cette dernière portait à sa ceinture un fourreau de puukko vide. Le soupirant plaçait son couteau dans la gaine.  Il est difficile de faire plus explicite… Il est d’ailleurs toujours courant pour un couple de jeunes mariés d’échanger des couteaux plutôt que des alliances.

Un des aspects éminemment sympathiques du puukko est qu’il est unisexe.  Aujourd’hui encore on voit de ravissantes Norvégiennes porter un puukko sur leur jeans le plus naturellement du monde et personne n’aurait l’idée de rire.

Groupe de soldats en Scandinavie

Groupe de soldats

Femme avec un couteau Viking

Couteau Viking

Romantisme

Romantisme

Soldats finlandais

Soldats Finlandais

Soldat d'Estonie

Soldat d'Estonie

Soldat Estonien en 1919

Soldat d'Estonie en 1919

La récolte de foin

La récolte du foin

Un agréable moment

Un agréable moment

Agriculteur de Norvège en 1900

Agriculteur de Norvège

Un grand merci à Anders Halldén

Je me suis très largement inspiré du remarquable travail d’Anders Halldén de Jönköping, Suède pour réaliser cette page sur la Scandinavie des années 1900. Anders a un site internet un peu vieillissant, mais très complet avec des photos d’époque et des articles intéressants sur les couteaux nordiques traditionnels. Autrement dit, les puukkos que j’affectionne tant. Assurez-vous de visiter son site pour voir des couteaux rares et magnifiques !

Gardez le contact !

Grâce à la Newsletter

“La Newsletter d’un cultelluphiliste assumé”

Ne manquez jamais une mise à jour ! Abonnez-vous à la Newsletter de puukko.fr