Samis, Puukkos & Grands Espaces

Plus de 10 000 ans d’histoire


Le Peuple du Grand Nord

Les Samis sont un peuple autochtone d’une zone qui couvre le nord de la Suède, de la Norvège, de la Finlande ainsi que la péninsule de Kola en Russie, connue sous le nom de Laponie.

Photographie : Granbergs Nya Aktiebolag.

Peuple Indigène

Samis devant deux tentes lavvu (tipis), 1900-1920, Norvège-Suède.


Puukkos & Samis

Une vieille histoire






L’histoire et l’accueil artistique du Puukko dans le XIXe siècle : quelques photos du peintre français François-Auguste Biard (1798-1882), qui a été autorisé à participer à une expédition scientifique en Laponie en 1839.

Impossible de parler des puukkos sans évoquer les Samis. Ce couteau est le résultat de générations d’utilisation et de développement par le peuple Sami. Il est devenu un symbole d’honneur pour ce peuple et la vie qu’il mène. Ces couteaux sont connus dans le monde entier pour leur conception et leur fonction pratiques. Le puukko est utilisé pour toutes sortes de tâches dans la forêt, la ferme ou l’atelier. C’est un couteau polyvalent. Il excelle dans la sculpture sur bois en raison de la mouture plate et de la forme du manche qui permet d’appliquer une puissance complète mais contrôlée lors de la sculpture.

Au-delà du cercle polaire arctique, vivent quelque 80 000 Samis.

Un peuple féru de chasse, de pêche, de cueillette et d’élevage transhumant de rennes. Pourquoi dit-on Samis et pas Lapons, comme on les nomme communément ? Sami vient de Sapmi qui signifie l’ensemble de leurs territoires et Lapon se rapproche du finnois lapp plus ou moins synonyme de « porteur de haillons ». Les Samis sont unis par une même langue finno-ougrienne à neuf dialectes et une même histoire vieille de plus de dix mille ans.

Les premières traces humaines des régions septentrionales de la Scandinavie remontent à 11 000 av. J.-C. environ. Personne ne peut affirmer que ces premiers habitants étaient identiques aux Samis d’aujourd’hui mais, certains historiens conviennent que la culture same descend de celle de ces premiers habitants et qu’elle s’est enrichie, au fil du temps, de contacts avec plusieurs autres cultures. Au IXe siècle, les Vikings ont commencé à se déplacer vers la Laponie et à lever des impôts en nature (peaux de bêtes) chez les Samis.

Un territoire constitué de sommets enneigés, de rivières sauvages, de lacs aux eaux pures et de forêts.

Sápmi est la terre, les gens, la nature, les rennes, les animaux et la lumière. C’est une région d’une beauté et d’une tranquillité exceptionnelles.

Le soleil de minuit et les aurores boréales. La chaleur du feu par une étincelante journée d’hiver et la fraîcheur d’un ruisseau de montagne après une longue journée de marche. Sápmi est la nourriture et les produits. Mais aussi les droits de l’homme et les noms sâmes. Duodji (artisanat), pêche et tourisme Sami. Le drapeau et les couleurs sâmes. L’envie de voyager et le respect de tout ce que nous voyons autour de nous. Jeunes et vieux. Et tout le reste.

Le mode de vie arctique

La Laponie suédoise, ce sont les collines et les rivières rugissantes. Les vastes forêts et le romantisme rural.

Le 6 février, c’est la fête nationale sâme. La date est tenue en commémoration du premier congrès sâme tenu en 1917 à Trondheim. Une journée à célébrer dans tout le Sápmi et au-delà. Cette photo a été prise à Jokkmokk, au marché.

Un peuple féru de chasse, de pêche, de cueillette et d’élevage transhumant de rennes. Au cours des siècles, le protestantisme / luthéranisme, la colonisation, le libre-échange, le progrès ont transformé leur réalité.

Au Finnmark à l’extrême nord de la Norvège, la puissance de la Terre tombe sous le sens. L’hiver, la nuit polaire enveloppe tout. Les aurores boréales enflamment et drapent le ciel de rouge profond, de vert tendre, de blanc laiteux. L’été, le soleil de minuit brille. Soudainement, les nuages se font gris anthracite ou rose poudré, le vent cingle les visages, le brouillard enserre les corps, les vagues se brisent contre des falaises acérées ou déferlent sur des langues de galets.

Un peuple nomade

Si vous voyagez à travers Sápmi ou la Laponie suédoise, vous rencontrerez peut-être le terme suédois sameby, qui signifie « village Sami ».

Le terme est un peu trompeur, vous pouvez facilement l’interpréter, car il existe des villages spéciaux où vivent les Samis. Un sameby est géré comme une association économique et administrative qui organise l’élevage de rennes dans une certaine zone géographique au profit de ses membres. Les terres sont utilisées, entre autres, pour l’élevage de rennes, la chasse et la pêche. Il y a par exemple 51 samebyar en Suède.

Les Samis sont un peuple nomade qui a suivi les rennes à travers la vaste zone de pâturage de la montagne à la côte. Aujourd’hui, le mode de vie nomade appartient à l’histoire et les Samis y sont résidents, mais les rennes migrent toujours de leur habitat hivernal vers la zone de pâturage d’été. Année après année, comme ils le font depuis des siècles.

Drapeau Sami

Drapeau Sami

Depuis 1988, les autorités norvégiennes préservent la langue, la culture et le mode de vie des Samis. En 1989, ils ont obtenu Sametinget, le parlement Sami, leur première assemblée consultative. Quatre ans plus tard, le 6 février (en souvenir de la rencontre entre Samis du nord et Samis du sud organisée le 6 février 1917 à Trondheim), ils organisaient leur première fête nationale… hissant le drapeau qu’ils avaient validé, en 1986, quelque fut leur pays d’origine. L’anneau représente la forme du tambour du chaman Sami et le soleil. Le rouge et le bleu symbolisent la lune et le soleil, ou encore les quatre éléments : le rouge pour le feu ; le bleu pour l’eau ; le vert pour la terre et le jaune pour l’air. Ces couleurs sont aussi reprises dans le costume traditionnel Sami, appelé le gakti. En fonction des régions de Laponie, les couleurs prédominantes du costume varient.

Qu’est-ce que le Duodji ?

Sami Duodji est tout l’artisanat traditionnel fabriqué par le peuple Sami.

Les objets artisanaux sont à la fois artistiques et fonctionnels tels que des outils, des vêtements, des couteaux, des tasses, des sacs, des chapeaux, des ceintures, des lacets. Ces articles sont fabriqués à la main depuis de nombreux siècles et ont été utilisés dans la vie quotidienne des Sami.
Récemment, il y a eu un intérêt croissant pour l’artisanat Sami dans le monde entier. Je pense que c’est merveilleux que d’autres artisans apprennent l’artisanat et les techniques traditionnels de style Sami.

 

L’artisanat Sami

Le mot Sami pour artisanat – duodji – fait référence à la création avec vos mains à partir de différents matériaux. Les Samis ont toujours créé de leurs mains, et le duodji fait partie intégrante de la tradition et de l’identité Sami. Chaque fois que quelque chose était nécessaire dans la vie quotidienne, on utilisait tout ce qui était disponible – cuir, tendons, racines, écorce de bouleau ou bois – et le fabriquait à la main.

L’art de l’artisanat sami se transmet depuis des générations ; les enfants apprennent en voyant les parents et les grands-parents continuellement au travail avec leurs mains. Ce type de savoir collectif et de tradition est connu des Samis sous le nom d’ árbediehtu, et c’est presque comme si toute la société Sami l’emportait avec elle et la partageait avec la génération suivante. Sans vraiment le savoir, les enfants en héritent jusqu’à ce que la culture Sami fasse naturellement partie de leur identité. Aujourd’hui , le duodji sami, même s’il est influencé par le mode de vie moderne et d’autres cultures, doit encore être accompagné d’un certain type de valeurs et de style pour être appelé duodji.

Impossible d’écrire sur l’artisanat Sami sans évoquer les puukkos de Bertil Fällman (1920-2020). Un des plus grands maîtres coutelier qui à fabriquer des puukkos pendant trente ans et qui a fini par acquérir une renommée internationale. Quelques-unes de ses plus belles pièces ont été mises en vente début 2022. Vous trouverez son histoire et quelques couteaux dans le portfolio en cliquant sur le lien ci-dessous.

Le célèbre marché d’hiver de Jokkmokk

Depuis plus de 400 ans, le marché d’hiver annuel de Jokkmokk au nord de la Suède, est un événement majeur dans la région arctique.

Jokkmokk est une ville centrale pour le peuple Sami et ils viennent de tout le Sapmi la première semaine de février de chaque année pour se rencontrer, échanger et célébrer leur culture. Beaucoup d’artisans viennent présenter leurs productions de puukkos et certains sont de véritables œuvres d’art !

Ceux d’entre vous qui s’intéressent à l’art et au design ont beaucoup à découvrir à Jokkmokk. À l’heure du marché, le lycée folklorique Sami (Samernas Utbildningscentrum) devient un point focal pour l’art et l’artisanat, avec des expositions d’un certain nombre d’artistes. L’école forme la prochaine génération d’artistes Samis, et l’exposition de remise des diplômes présente les talents des étudiants à travers une gamme de styles et de matériaux.

Froid comme…

Souvent, il fait froid comme, eh bien… l’enfer. Il n’est pas rare que les températures chutent sous la barre des -30 degrés. Pour tirer le meilleur parti de votre expérience du marché, il est important d’avoir les bons vêtements. Portez plusieurs couches de matériaux chauds tels que de la laine ou d’autres tissus fonctionnels, recouverts d’une veste en duvet résistante et enfilez une solide paire de bottes d’hiver. Ajoutez un bonnet de fourrure et les gants les plus chauds que vous puissiez trouver, et vous êtes prêt pour le marché de Jokkmokk.

Huit saisons

Si vous vivez votre vie au plus près de la nature, vous finirez par reconnaître que les quatre saisons du calendrier ne suffisent pas.

Les douze mois nommés d’après les dieux antiques et les redevances de l’ancien Empire romain n’ont rien à voir avec vous. Par conséquent, le peuple Sami a huit saisons, car il y a toujours une saison entre les saisons. À la fin de l’hiver, dálvve , le soleil, beávie , est de retour et les jours s’allongent et se réchauffent. Le printemps n’est pas loin, mais en raison des nuits froides, la neige restera encore un certain temps. C’est le printemps-hiver, gidádálvve , et probablement le meilleur moment pour beaucoup d’entre nous qui vivons dans le nord. Vient ensuite le mois de mai, une période que les Samis connaissent sous le nom de Miessemánnu , c’est-à-dire la période où les veaux naissent.

Chaque nouveau jour est un jour plus proche de l’hiver prochain

Tout dans la vie du peuple Sami tourne autour du renne et les huit saisons sont aussi une façon de décrire la migration de l’animal, des pâturages d’hiver aux pâturages d’été. Après gidádálvve vient le printemps gidá , suivi de gidágiesse , et giesse , signifiant printemps-été et été. Mais tout finit par prendre fin, et la chaleur estivale est suivie de l’automne, le temps appelé tjaktjagiesse , un temps pour la récolte et le fourrage avant que tjaktja ne s’installe, et vous devez tout préparer avant tjaktjadálvve , puis dálvve apparaîtra. Parce que, comme le dit le dicton ici, chaque nouveau jour est un jour plus proche de l’hiver prochain.

La magie des aurores boréales

Entre fin septembre et fin mars, au-dessus du cercle polaire arctique, il fait nuit du début d’après-midi jusqu’à tard le matin et les aurores boréales se déploient fréquemment dans le ciel. Les aurores boréales se produisent lorsque des particules provenant du soleil, chargées en électricité, entrent en collision avec l’atmosphère terrestre. Elles se manifestent généralement par nuit claire, avec des conditions optimales par temps froid et sec. C’est une aventure époustouflante pour tous les amoureux de la nature, les amateurs de photographie et les adeptes d’activités en plein air.

Aurore boréale

Le festival de Pâques, à Kautokeino

Les Samis s’y retrouvent par milliers pour célébrer de nombreux mariages et… participer au championnat du monde de course d’attelage de rennes ! En 2009, la Norvège recensait 38 470 Samis dont 3 010 éleveurs propriétaires de 60 000 rennes. Parmi les éleveurs, presque autant de femmes que d’hommes. Les autres étaient employés dans les services de santé ou sociaux, le commerce, l’hôtellerie-restauration, l’agriculture, la forêt et la pêche. Les Samis se sont toujours adaptés aux changements, qu’ils aient été imposés par la nature ou par les hommes !

Coucher de soleil en Finlande

Boazu – le renne

Le renne boazu occupe une place très particulière à Sápmi. C’est un animal totalement adapté à l’Arctique. Selon la saison, le bas de leur rétine change de couleur, passant du bleu au jaune puis au bleu à nouveau. Par conséquent, les rennes changent leur façon de voir. En hiver, ils sont plus adaptés à voir les contrastes, mais en été, ils sont plus sensibles aux couleurs. Tout au long de l’histoire, le renne a fourni de la nourriture et des vêtements aux Samis et a également été utile dans le commerce. Cela a commencé avec la chasse au renne sauvage et a évolué en troupeau pendant des milliers d’années en coexistence avec les animaux et avec la nature. Aujourd’hui encore, la nature contrôle le rythme de l’élevage des rennes, puisque les animaux errent librement sur de vastes espaces non clos toute l’année.

Il y a environ 250 000 à 280 000 rennes rien qu’en Suède

Les rennes mâles et femelles font pousser des bois, qui tombent une fois par an. Alors que le renne mâle perd ses grandes cornes au début de l’automne, afin de pouvoir creuser profondément dans la neige pour se nourrir en hiver, les femelles gardent leurs petites cornes. La fourrure de renne est très épaisse et dense, ce qui l’isole bien durant les mois froids d’hiver. Ses sabots sont gros, ce qui leur permet de courir sur la neige et de creuser dans la neige pour trouver le lichen, leur nourriture de prédilection. Une fois par an, en mai, la femelle renne monte dans les montagnes pour mettre bas. Le veau reste avec elle jusqu’à l’année suivante quand il est temps pour la mère de donner naissance à un nouveau veau.

Renne en Laponie

Une vie en harmonie avec la nature

De nombreux Samis ne se sont installés dans des maisons conventionnelles qu’au milieu du XXe siècle. Au lieu de cela, ils ont suivi les rennes en tant que nomades.

Paysage Finlandais en hiver

Aujourd’hui, les gens ont des implantations plus stationnaires, même dans les pâturages d’été dans les montagnes. Autrefois, le lávvu – un tipi Sami – était la principale habitation qui était déconstruite à chaque fois que les gens se déplaçaient vers un autre endroit. Mais les Samis ont également construit des habitations en bois de forme similaire qui ont été laissées au fil des ans, appelées goahti. Ces bâtiments ont toujours été construits avec un intérieur et un design identiques, ce qui nous donne aussi un aperçu de la vie à Sápmi. Le lávvu, ainsi que le goahti, étaient toujours tournés de manière que l’entrée soit face à l’est, pour saluer le soleil – beaivi.

Beaivi est le soleil, mais aussi une déesse. Pour la femme Sami, certaines des déesses étaient plus importantes que d’autres, et elles étaient toutes liées au goahti  ou au lávvu. La déesse mère, Máttaráhkká vivait sous le goahti  ou lávvu tandis que ses filles Sárahkká, Uksáhkká et Juoksáhkka y avaient également leurs propres tâches et désignaient des lieux. Sárahkká était la déesse de la naissance, à la fois pour les rennes et les bébés humains. Uksáhkká était le gardien à la porte de l’habitation, protégeant les nouveau-nés et les personnes qui passaient et sortaient par la porte. Juoksahkka était le dieu qui décidait si ce serait un garçon ou une fille pendant la grossesse. Et une autre déesse de la maison était Påssioakka, qui protégeait la cuisine et elle était aussi la déesse à faire plaisir si vous vouliez une chasse réussie. D’où un Dieu avec qui rester du bon côté, si vous vivez votre vie près de la nature.

Gardez le contact !

Grâce à la Newsletter

“La Newsletter d’un cultelluphiliste assumé”

Ne manquez jamais une mise à jour ! Abonnez-vous à la Newsletter de puukko.fr


STYLE SCANDINAVE

VOYAGE DANS LA SCANDINAVIE DU XXe SIÈCLE

PUUKKO.FR

Le puukko c’est le couteau scandinave par excellence !

Puukko.fr est un site qui s’adresse en priorité aux amateurs de couteaux scandinaves.

Si en plus, vous aimez la Nature & les Grands Espaces… vous êtes chez vous !

Propriétaire & éditeur du site

Droits réservés © Philippe Sainte-Laudy

Strasbourg – France