L’histoire du puukko

Le couteau traditionnel scandinave.

Textes et photographies - Philippe Sainte-Laudy

Le terme puukko signifie à l’origine “couteau avec manche en bois”.


En Finlande, dès que vous quittez Helsinki et montez au nord, le port du puukko est un grand classique. Tous les éleveurs de rennes ont un couteau accroché à la ceinture. Pour un Finlandais le puukko est l’outil le plus important et en même temps une arme redoutable. Je crois pouvoir dire qu’un puukko a la même importance pour un Finlandais que le sabre Samouraï pour un Japonais. C’est vous dire…

Les découvertes historiques prouvent l’existence de ce type de couteau depuis l’âge de pierre. Il est considéré comme un outil simple ou un objet précieux, utilisé aujourd’hui pour la chasse, la pêche, la sculpture ou comme bijoux. Autrefois, il était interdit de manipuler des couteaux dans la sphère d’influence russe. Pour les Samis, une dérogation fut annoncée le 10 mai 1935 en Russie. (Les Samis sont un peuple autochtone d’une zone qui couvre le nord de la Suède, de la Norvège et de la Finlande ainsi que la péninsule de Kola en Russie connue sous le nom de Laponie).

Ces puukko ont 1000 ans

Outre l’épaisseur de la lame et des détails cosmétiques mineurs, les puukkos sont restés inchangés depuis au moins 2000 ans. La lame est devenue plus mince au fur et à mesure que la métallurgie s’améliorait, bien que l’angle de tranchant soit resté le même, d’où la mouture «scandi» moderne. Cet exemple d’un couteau Norvégien date d’environ 1000 ans.

Couteau utilitaire ou œuvre d’art.

Le puukko est, selon le modèle, un couteau de chasse, une pièce d’art ou un couteau utilitaire avec une lame robuste et une poignée en bois ou en plastique recouverte de caoutchouc. La caractéristique commune des formes originales est l’absence d’un protège-main et d’un fourreau qui reçoit et enferme le couteau comme un carquois. Certains puukkos précieux possèdent un manche très élaboré. Ordinairement, les constructions simples sont préférées. Les puukkos historiques étaient principalement fabriqués par les utilisateurs ou leurs forgerons.

Les finitions modernes utilisent des aciers à lames comme des aciers mono ou des stratifiés (acier à trois couches) avec des couches externes souples et un tranchant dur central (dureté de Rockwell jusqu’à 63 HRC). Une importance particulière est attachée à la facilité d’aiguisage (dans les conditions telles qu’elles sont données dans la nature). La longueur de la lame est typiquement de 10 à 13 cm.

01. Simplicité & Robustesse

Le puukko, c’est le couteau finlandais par excellence !

Pour comprendre les couteaux scandinaves, vous devez comprendre les personnes qui les ont développés. Ils reflètent parfaitement les cultures qui ont créé les conceptions de base. Comme les habitants des régions, ils sont simples, robustes et sans fioritures. Ils ne sont ni fantaisistes ni prétentieux.

Qu’est-ce qu’un puukko ?


Un puukko est un petit couteau traditionnel finlandais à usage général avec une longueur de lame généralement inférieure à 12 cm. Le manche est fait de bouleau, bouleau frisé, bois de cerf, os, cuir ou écorce de bouleau. L’étui est fait de bois, de cuir, d’os et de bois de cerf. Ces couteaux sont utilisés en Finlande, en Suède et en Norvège depuis des siècles.

Bien qu’il existe des différences régionales, il existe des caractéristiques communes à tous les couteaux scandinaves, comme une lame étroite et droite avec peu ou pas de ventre et le bord se recourbant pour rencontrer la pointe dans un clip-point modifié. La colonne vertébrale est droite et il n’y a généralement pas de protège doigts. Les lames sont très souvent courtes, comparées aux autres couteaux d’extérieur, entre 8 et 13 cm. Les manches sont en bois, majoritairement en bouleau, mais peuvent également être en corne, en os ou d’autres bois locaux.

Comment porter un puukko ?

Le Puukko est traditionnellement porté du côté opposé à la main dominante, de sorte que la main dominante puisse manipuler le couteau, tandis que la main la plus faible peut tenir l’étui. Celui-ci est porté avec la pointe au bas de la gaine, tournée vers l’arrière. Si la pointe est dirigée vers l’avant, les Finlandais appellent cela une « érection »…

Les puukkos peuvent être richement sculptés avec des scrimshaw.

(Le terme anglophone scrimshaw désigne l’artisanat issu de gravures réalisées par les chasseurs de baleines sur les produits tirés de différents mammifères marins. Os, dents, fanons de cachalots ou défenses de morse…).

Aujourd’hui le scrimshaw est un mot très connu des collectionneurs de couteaux. En effet, cette technique est très utilisée dans la coutellerie pour décorer les manches. Elle se fait généralement sur des matériaux nobles tels que l’ivoire, les cornes, les bois de cervidés ou les os. Mais la plupart du temps, les pukkos restent simples. Les étuis recouvrent également une grande partie des manches et sont traditionnellement en cuir, mais de nombreuses versions modernes utilisent désormais des polymères.

Ce qui distingue un couteau scandinave de tous les autres, c’est la mouture.

La plupart des couteaux ont un biseau principal et un biseau secondaire qui va vers le bord de coupe. Les moutures scandinaves ne sont qu’un biseau, commençant près du centre de la lame et se rétrécissant jusqu’au bord. Cela donne à la lame un angle aigu qui crée un bord incroyablement tranchant et est également très facile à affûter. Vous n’avez pas à vous soucier d’obtenir le bon angle lors de l’affûtage. Vous posez simplement la lame sur la pierre avec le bord contre la surface, et vous obtenez automatiquement le bon angle.

Le puukko trouve ses racines dans la rencontre entre les peuples germaniques et les autochtones de Scandinavie au début du premier millénaire. Sa forme particulière le rend inoubliable. C’est un véritable outil dédié à la chasse et au travail du bois. Il s’avère très efficace en cuisine aussi. Le puukko a une excellente prise en main. Son acier carbone est des plus faciles à aiguiser, à entretenir et son fil est tenace. Ces couteaux sont aussi devenus ceux de l’armée finlandaise et sont très efficaces en conditions difficiles.

Au début du 19e siècle, la fabrication industrielle des couteaux Puukko a commencé en Finlande, d’abord à la sidérurgie de Fiskars sous la direction de couteliers qualifiés d’Angleterre et plus tard dans d’autres régions de la Finlande. Après le milieu du XIXe siècle, la province d’Ostrobotnie et en particulier sa partie sud est devenue un centre important de fabrication de Puukko.

02. Beau & Personnalisé

Un couteau pour la vie !

Les matériaux utilisés dans la production d’un puukko personnalisé sont sélectionnés à la main par des couteliers expérimentés. Ceux-ci suivent également toute la production, à travers une longue série de processus, jusqu’à ce que le couteau soit terminé et puisse être inséré dans l’étui.

La Scandinavie n’est pas un pays en soi, mais une référence à une région.

Elle comprend le Danemark, la Suède, la Finlande, la Norvège et les pays baltes. La Scandinavie a fait référence à de nombreux pays au fil des années, en fonction des caprices politiques de l’époque. Trois pays ont toujours été considérés comme scandinaves, et ont préservé leurs cultures et héritages : la Finlande, La Suède et la Norvège. Chacun de ces pays a développé un style de couteau unique à leurs cultures, mais reflétant toujours la communauté des différents peuples de la région.

La région qui allait devenir la Scandinavie était peuplée de groupes de chasseurs-cueilleurs Homo sapiens peu après la dernière période glaciaire, vers 15 000 avant JC, originaires du sud de l’Europe. C’était la culture tribale Ahrensburg. La toundra est devenue une forêt luxuriante vers 10 000 ans avant JC, et la culture Ahrensburg a été supplantée par les cultures maglémosienne et Fosna-Hensbacka. Entre 9000 avant JC et 5000 avant JC, plusieurs cultures ont élu domicile dans la région, principalement des chasseurs-cueilleurs qui suivaient des troupeaux de rennes, des montées de saumons, des phoques, etc. Ce sont ces personnes qui ont fini par traverser le pont terrestre du détroit de Béring vers l’Amérique du Nord. Vers 5000 avant JC, la région est dominée par la culture Funnelbeaker, qui avait commencé à faire de la poterie et à développer l’agriculture.

Le cuivre, le bronze et enfin le fer !

Les tribus germaniques ont déménagé dans la région, à l’extérieur et à l’intérieur, plusieurs fois au cours des millénaires suivants. Les couteaux en pierre ont cédé la place aux versions en cuivre, en bronze et enfin en fer, mais les conceptions de base ont peu changé. Pour une raison quelconque, l’Empire romain n’a jamais essayé d’acquérir la région, sachant peut-être à l’avance que les habitants seraient très difficiles à casser. C’était probablement un bon choix, car même aujourd’hui, les Scandinaves sont connus pour être très durs, stoïques et persistants. Peu de temps après l’effondrement de l’Empire romain, la région a évolué vers les trois cultures principales qui nous préoccupent ; les Norvégiens, les Suédois et les Finlandais (Lapons ou Sami).

L’Islande et le Groenland sont également des pays scandinaves, mais pas des foyers de fabrication de coutellerie.

Puukko Grand-Père

Production H.Roselli

La Norvège est, bien sûr, la plus célèbre pour les Vikings.


Des milliers d’articles ont été écrits sur leurs épées, leurs haches de combat, etc., mais très peu sur leurs couteaux. Beaucoup de gens ne se rendent pas compte que les Vikings étaient en fait une culture complète, avec des agriculteurs et des artisans. Leur couteau est en fait considérablement antérieur aux Vikings. Il a un style similaire aux autres couteaux scandinaves. Simples et courts. Mais ce qui est distinctif dans la version norvégienne, c’est qu’elle est plus dans les regards et les détails que les autres cultures régionales.

Leurs couteaux et leurs fourreaux ont tendance à être plus ornés. En Norvège, les couteaux étaient portés autant pour une déclaration publique que pour leur utilité. L’un des plus grands honneurs était de donner un couteau à quelqu’un. Aujourd’hui, les couteaux norvégiens coûtent plus cher que les lames finlandaises ou suédoises, mais ils en valent la peine, car ce sont de véritables œuvres d’art. Les entreprises norvégiennes qui fabriquent aujourd’hui des couteaux exceptionnels incluent Brusletto et Helle.

Le célèbre Brusletto…

L’un des couteaux nordiques le plus célèbre est le couteau de chasse Brusletto Kniven Birch, modèle BRU15002. Avec une lame en acier inoxydable Sandvik 12c27 incroyablement tranchante et un manche en bouleau bouclés absolument magnifique, surmontées d’une mitre en nickel, ce couteau est aussi beau qu’il coupe. Un autre grand couteau de Norvège est le couteau de chasse norvégien Helle Harding modèle HE99. C’est peut-être l’un des plus beaux couteaux scandinaves. Cela commence par une lame en acier inoxydable de 10 cm très résistante. Elle est associée à un superbe manche empilées de bouleau frisé et d’érable, avec des entretoises en laiton. La cerise sur le gâteau est qu’il est livré avec une fantastique gaine en cuir véritable.

03. Unique & Distinctifs

Tout commence à la forge !

Les couteaux ont joué un rôle très important dans l’histoire de l’extrême nord, avec son environnement froid et rébarbatif. La coutellerie de ces cultures a évolué vers des styles uniques et distinctifs qui représentent aujourd’hui certaines des lames polyvalentes les plus remarquables disponibles.

La Suède est la patrie des couteaux scandinaves…


Bien sûr, il existe des modèles plus chers fabriqués en Suède, mais aucun ne peut surpasser un Mora. Rien sur la planète ne coupe comme le Mora. C’est un couteau bon marché, avec une excellente prise en main et un tranchant incomparable. Un puukko vraiment fantastique !

Mora n’est pas un nom de marque, mais en fait un style de couteau. Fondamentalement, un puukko suédois avec un design modernisé qui a été fabriqué dans le district de Mora en Suède. Ils ont été produits par deux fabricants principaux de couteaux, KJ Eriksson et Frosts Knivfabrik. En 2005, ils ont fusionné pour devenir finalement Mora Knives of Sweden. Bien qu’ils continuent de créer le design classique avec des manches de bouleau, ils fabriquent également plusieurs modèles avec des poignées et des gaines en polymère. Leurs aciers sont exceptionnels, parmi les meilleurs de l’industrie, et tous les Moras possèdent une lame incroyablement tranchante et s’aiguisent facilement.

Des marques indémodables.

Casstrom Suède est un distributeur de plusieurs marques de couteaux scandinaves et d’équipements connexes depuis un certain temps. Plus récemment, ils ont commencé à fabriquer et à commercialiser des couteaux sous leur propre marque. Ce sont tous des couteaux à lame fixe. La plupart des couteaux Casstrom sont de conception contemporaine, avec seulement quelques clins d’œil aux styles traditionnels puukko ou Sami.

Karesuando Kniven tire son nom commercial du village de Karesuando, à la pointe nord de la Suède et à 250 km au nord du cercle polaire arctique. Sans surprise, les couteaux fabriqués par l’entreprise reflètent les styles et les traditions nordiques scandinaves. Plus de la moitié des quelque quarante modèles ou variantes de couteaux Karesuando utilisent l’acier inoxydable Sandvik 12C27; une douzaine ont des lames en acier au carbone et une poignée en acier Damas. Toutes les lames sont rectifiées scandi, à l’exception des couteaux à filet à sol plat.

Le bouleau frisé, naturel ou teinté, est le matériau le plus couramment utilisé pour réaliser les manches de puukko. Un nombre important de couteaux ont des manches avec des sections de bois de renne pour accentuer le bouleau frisé.

Fallkniven est un autre grand fabricant de couteaux suédois. Ils réalisent de nombreux designs modernes basés sur le couteau scandinave traditionnel en utilisant des matériaux modernes. Un modèle, le F1bz, est le couteau officiel des pilotes et des équipages aériens de l’armée de l’air suédoise. C’est un peu comme le meilleur des deux mondes entre tradition et modernité.

04. Art & Tradition

Le pouvoir magique du puukko !

Le puukko est profondément enraciné dans les pays scandinaves où le couteau est à la fois outil et forme d’art. En fait, le puukko joue un rôle primordial dans la culture nordique. Souvent inclus dans la vie culturelle traditionnelle, le puukko est un symbole historique. Parfois enfoncé dans la terre comme une prière de bénédiction. Parfois, c’est un don de transition de l’adolescence à l’âge adulte.

La Finlande, berceau du plus célèbre couteaux scandinaves… le puukko.


Le puukko, c’est le couteau sur lequel tous les autres sont conçus. Le couteau a été conçu par les Samis à l’époque où ils étaient encore des chasseurs-cueilleurs semi-nomades. Certains modèles sont simplement intemporels. La différence entre le puukko et les autres couteaux scandinaves est le degré d’apparence qu’ils y mettent.

Les puukkos se situent entre les lames norvégiennes ornées et l’apparence simple et utilitaire des couteaux suédois. L’un des principaux producteurs de Finlande est Kellam Knives. Ils ont une gamme de puukkos traditionnels de la meilleure qualité possible, avec leurs propres aciers à haute teneur en carbone et inoxydables. Ces lames sont parmi les plus tranchantes au monde et le style traditionnel de la plupart de leurs modèles est un pur plaisir pour les yeux.

Marttiini, incontournable en Finlande.

Un autre fabricant finlandais est Marttiini Knives. J’ai eu l’occasion de visiter l’usine lors d’un passage à Rovaniemi, c’est que du bonheur. Ils fabriquent des couteaux depuis 1928. Ils ne sont pas faits pour une utilisation intensive sur le terrain, mais sont agréable et relativement peu chères. La plupart des puukkos de très bonne qualité.

Marttiini, qui a démarré son activité en 1928, est maintenant membre de Rapala VMC, le conglomérat finlandais de pêche et d’engins de plein air. En plus des couteaux produits sous sa propre marque, l’entreprise fabrique des filets de marque Rapala et d’autres couteaux de pêche et d’extérieur.

Les couteaux Marttiini sont divisés en sept catégories. Dans les catégories de lames fixes, ceux étiquetés Outdoor et Traditional sont principalement des couteaux de style puukko, plus quelques-uns avec des poignées de style Sami. La catégorie des couteaux de chasse présente des designs plus contemporains. Les aciers utilisés dans les couteaux à lame fixe peuvent être en carbone ou en acier inoxydable, selon le modèle, ainsi que quelques couteaux sélectionnés en acier Carbinox T508 ou Damas et certaines lames reçoivent ce qu’on appelle un revêtement Martef. Les matériaux de la poignée sont principalement du bouleau frisé, avec du bois de pakkaw ou du caoutchouc (thermoplastique) utilisé ici et là. Les étuis sont en cuir.

Depuis plus de mille ans, les bûcherons finlandais utilisent des couteaux puukko pour exercer leur métier. Le couteau est le résultat de générations d’utilisation et de développement par le peuple Sami. C’est devenu un symbole d’honneur pour ces personnes et la vie qu’elles vivent. Ces couteaux sont connus dans le monde entier pour leur conception et leur fonction pratiques.

Le puukko est utilisé pour toutes sortes de tâches autour de la forêt, de la ferme et de l’atelier. C’est un couteau polyvalent qui peut être adapté à de nombreuses tâches différentes pour répondre aux besoins des propriétaires. Il excelle dans la sculpture sur bois en raison de la mouture plate et de la forme de la poignée qui permet d’appliquer une puissance complète, mais contrôlée lors de la sculpture.

Roselli, un grand classique !

Les couteaux Roselli sont un exemple moderne du style de couteau scandinave. Il s’agit d’un design sans fioritures, avec une lame forgée et un manche en bois massif, avec une fine mitre pour protéger l’extrémité avant. La gaine en cuir de type pochette scandinave typique est souvent très simple, mais parfois des volants artistiques sont ajoutés. Les couteaux habillés peuvent avoir des gaines ornées. Des puukko simples, robustes et efficaces. J’adore ce concept de gros manche et petite lame.

Il existe également un ensemble de quatre modèles de couteaux haut de gamme fabriqués avec un acier propriétaire appelé Roselli Wootz UHC (ultra haute teneur en carbone) et deux couteaux de collection avec le même acier. Roselli, comme Ahti, utilise des conceptions de couteaux et des matériaux qui reflètent fidèlement le caractère du couteau de type puukko.

Parmi les vendeurs qui viennent d’être mentionnés, Brisa répertorie neuf couteaux Ahti. Les couteaux ont des lames en acier au carbone ou en acier inoxydable, des manches en bouleau bouclé et un minimum de pièces en laiton. Les étuis de ceinture de type pochette en cuir sont livrées avec tous les modèles.

Fabrication d’un Puukko


Les couteaux finlandais traditionnels peuvent avoir des modèles différents, mais leurs caractéristiques communes sont toujours les mêmes :

  • Lame droite sans crosse avec des descentes scandinaves.
  • La longueur de la lame est d’environ 10-15 cm, habituellement 12-13 cm.
  • Le manche est en bouleau de Carélie. Outre l’attrait esthétique de ce matériau, les poignées en bois ne refroidissent pas la main en hiver. L’arbre utilisé pour les poignées était imbibé d’huile.
  • Les couteaux finlandais traditionnels ont une manille à l’endroit où la lame pénètre dans le manche.
  • Le manche lui-même est en forme de tonneau. À son extrémité, il peut y avoir un coude spécifique, appelé champignon.

Le Puukko des Samis

Le couteau des peuples du nord

Le pouvoir magique du puukko pour les Samis.


Les Samis ont toujours porté les couteaux avec eux. Cet outil universel servait, entre autres, à écorcher les martres et les castors, à découper la viande de renne, à fabriquer des rames et à se défendre contre les assaillants. Ils se sentaient impuissants sans leur couteau dans leur poche. Les couteaux ont une longue histoire

Autant une nécessité aujourd’hui qu’avant

De nombreux Samis de Norvège se livrent encore aujourd’hui à l’élevage de rennes ou à d’autres activités extérieures. Aujourd’hui, le couteau est autant une nécessité qu’il l’était pour leurs ancêtres il y a des siècles, lorsque les Samis étaient exclusivement engagés dans la chasse et la pêche. Ils ont parcouru des centaines de kilomètres le long des itinéraires choisis, où ils étaient sûrs qu’il y avait suffisamment de poisson et de gibier.

Le couteau était un outil très important. Les femmes de l’époque utilisaient le couteau pour le travail du cuir et pour les tâches ménagères. Ils sont allés plus loin et le couteau est toujours utilisé activement dans leur vie quotidienne. Les Samis sont l’un des peuples autochtones du monde et depuis des siècles, ils vivent près de la nature. Même si le mode de vie s’est développé avec le reste de la société, leur culture et leurs traditions sont toujours fortement présentes.

Le couteau est probablement l’un des équipements de randonnée les plus pratiques disponibles. Mais le couteau sami a aussi son propre «pouvoir magique». Depuis l’Antiquité et dans la médecine populaire sami, le couteau a un pouvoir de guérison magique qui était utilisé pour arrêter le sang, soulager la goutte et éliminer les furoncles.

Le couteau Sami est joli à regarder, pratique et fait pour durer de nombreuses années, mais saviez-vous qu’il a aussi un pouvoir magique ?

Les gens de la culture Sami ont la capacité d’entrer en contact avec des dieux et des pouvoirs sacrés. Il a été dit que le couteau a un pouvoir magique et curatif. Le laiton utilisé dans la douille et le montage des couteaux avait également des propriétés magiques. D’après les anciennes croyances populaires, il a été dit que le laiton protège le propriétaire des forces du mal et des accidents.

La conception du couteau Sami garanti qu’il peut être utilisé pour la plupart des choses – de l’abattage, de la dépouille et de la production alimentaire, à la transformation du bois et en tant qu’arme. Sans le couteau, il était facile de se sentir impuissant. Les femmes utilisaient des couteaux pour différents types d’artisanat et diverses tâches ménagères. Pour de nombreux Samis, le couteau est un outil aussi important aujourd’hui qu’il l’était il y a cent ans.

Le vrai couteau Sami a une âme

Le couteau a des racines profondes dans la culture et reste un outil important pour la plupart des Samis. Ceux qui vivaient à l’extérieur pendant une grande partie de l’année ne pouvaient pas apporter beaucoup d’outils différents avec eux. Ainsi, ils avaient besoin d’un couteau grand et puissant qui pourrait être utilisé pour de nombreuses choses différentes, comme faire des feux de camp, abattre et marquer les rennes.
Pour l’éleveur de rennes, il est toujours impensable de se passer d’un couteau. Le couteau Sami est un outil pratique aux multiples usages, et est récemment devenu un compagnon régulier pour les personnes qui passent beaucoup de temps à l’extérieur, que ce soit en voyage, à la chasse ou à la pêche.

Photographies Puukko Samis @ Bukowskis

Envie d’avoir des nouvelles ?

Profitez de la Newsletter !

“Restons en contact”

Puukko.fr a vu le jour en mai 2021 et va s’étoffer dans les mois qui viennent. Pour ne rien manquer, vous pouvez vous abonner à la newsletter pour être averti des prochaines mises à jour.


STYLE SCANDINAVE

PUUKKOS DE COLLECTION